Visite chez Thierry et Virginie – Octobre 2014

Virginie navigue entre les montagnes de courges récoltées et stockées ici pour l’hiver. Elle prépare la distribution du soir. La vigilance est de mise car l’humidité exceptionnelle de ce mois d’octobre peut endommager la récolte.

Les courges bio stockées pour l'hiver 
img2
img3

Visite des serres fraichement nettoyées, labourées et plantées : les tomates, poivrons et autres légumes d’été ont presque tous été arrachés, les serres nettoyées (à expérimenter pour les adeptes de chaleur tropicale … on atteint très facilement les 45° là-dessous !!) pour laisser la place aux nouveaux plants : fenouil, navet, blette, betterave, épinard, rutabaga, chou rave blanc, chou rave rouge, salade, et dans l’allée, des radis … (Oui, l’espace est optimisé par crainte de pertes). Thierry et Virginie ouvrent légèrement les bâches le matin pour éviter de trop fortes températures (et referment le soir pour éviter les coups de froid … on est aux petits soins).

img4

Ici les blettes et le fenouil :

img5 
img6

Tentative en cet été indien : les courgettes ! De nouvelles plantations ont été tentées et … ça marche plutôt super bien ! On va pouvoir faire durer encore l’été dans nos assiettes :

img7
img8

Thierry et Virginie sont à l’écoute des amapiens et ont essayé, sur leur demande, la patate douce … Là encore, il semble que le résultat soit positif :

img9

La patate douce a besoin d’un coup de froid qui va provoquer la disparition des feuilles.
Elles seront prêtes à être récoltées, en principe, vers la dernière semaine de novembre. Elle peut rester en terre pour une conservation plus longue car elle moisit facilement sinon mais.. Attention aux parasites qui peuvent en faire un festin (et les mulots !).

En cette saison, le renouvellement des cultures est très exigeant, nettoyage, semis et plantation sont chronophages. Le résultat est encourageant !

img10

Dans les autres parcelles, on retrouve les choux, les poireaux (plantés le 14 juillet par les amapiens eux-mêmes !), les betteraves, les oignons rouges de Simiane, un petit nouveau : le panais … qui permettront de faire la jonction avec les récoltes issues des dernières plantations.

img11img12img13img14img15

Mais attention, la loi du plus fort règne dans les champs ! Chaque plantation nécessite des soins réguliers car les parasites veillent. La punaise attend le moment propice à l’attaque !

img16

Les attaques de parasites peuvent venir de toute part :

  • aériennes : pour protéger les jeunes plantations, Thierry et Virginie installent des arceaux et filets (pendant les 5 premières semaines). Une Lapalissade : il faut installer et désinstaller le tout, ce qui représente un gros travail mais ce n’est pas tout, il faut aussi recycler, on est en bio ! Les arceaux resservent alors que les bâches n’ont qu’une durée de vie limitée. En fin de vie, elles doivent être triées par couleur (composition différente) et amenées au centre de tri.
  • par le sol : un paillage est installé autour de la plante. Il aura aussi pour avantage d’éviter la pousse des mauvaises herbes et de limiter l’arrosage.

Ici, 15.000 choux (chou-fleur, brocoli …) ont été plantés, leur cycle de vie est de +/- 120 jours (soit 1/3 de l’année !) pendant lesquels ils occupent les terres. Pour information, un sachet de 1.000 graines de chou coûte environ 180€ (2.700€ environ pour ce champ) d’où l’équation :
120 jours + 2.700€ + labeur + paillage + film + eau + … = il vaut mieux que ça marche !!!

Il reste encore tant à faire, les tomates vivent leurs dernières heures :

img17

Les semis attendent (ici, le brocoli) :

img18

Les semis demandent planification et anticipation, pas si facile !

Comme Thierry l’a expliqué en réunion, les postes de dépenses sur l’exploitation sont, par ordre décroissant :

  • la masse salariale : 2200€ / salarié (Ahmed, Stéphanie et Virginie) soit 6600 € / mois
  • les intrants dont :
    • compost : organique et pas végétal (si un végétal attaqué par tutta absoluta se retrouve dans le compost, catastrophe en perspective. Et, on n’a plus le droit de pratiquer l’écobuage pour se débarrasser de ce parasite)
    • plastique de serre (+/- 5000€/an)
    • semences
    • Paillage, goutte à goutte, filets de protection, anti-insectes, voiles d’hivernage … terreau petites fournitures

Voilà un petit aperçu d’une journée de travail pour Thierry et Virginie, elles sont longues, lourdes en responsabilités mais aussi productives et enrichissantes au contact de la terre nourricière respectée, des récoltes choyées et de la perspective d’assiettes belles et saines dans les foyers amapiens.